Articles de presse


 5 ...  

Pari gagné pour les organisateurs du Trophée Centre Morbihan

Pari gagné pour les organisateurs du Trophée Centre Morbihan

Ouest France du 5 août 2013

Magazine / Presse écrite

Le Trophée centre Morbihan 2013, couronné du label coupe du monde des nations des juniors, s'est achevé dimanche aux accents de la Marseillaise. Et ce même si c'est un Néerlandais Mathieu Van der Poël, petit-fils de Raymond Poulidor et fils d'Adrie, champion du monde de cyclo-cross en 1996, qui a remporté du maillot jaune.

C'est pour l'équipe de France qu'a retenti cette Marseillaise. Car samedi et dimanche, l'équipe tricolore a réussi à mettre ces deux journées de course à profit pour rattraper son léger retard de seize points sur le Danemark et terminer sur la plus haute marche du podium de cette coupe des nations.

Reconnaissance au niveau mondial

Ce Trophée centre Morbihan s'est conclu par un final de toute beauté sur le circuit de Locminé, dans lequel s'est illustré le Briochin Élie Gesbert avant de céder, à moins de deux tours de l'arrivée, le commandement et la victoire de l'étape à l'Aveyronnais Étienne Fabre devant un Portugais et un Norvégien.

Cette Marseillaise est aussi venue récompenser le travail effectué par toute l'équipe du Trophée centre Morbihan qui organisait pour la première fois en 20 ans cette finale de la coupe des nations. Elle a brillamment relevé ce challenge.

Sous le soleil, plusieurs milliers de spectateurs ont eux aussi répondu à l'invitation et sont venus découvrir les champions cyclistes de demain. « Une belle fête du vélo. Une belle fête populaire et sportive. Une belle fête de la jeunesse », a répété le speaker Daniel Mangeas, revenu de Limoges ce dimanche pour animer cette course aux côtés de Philippe Lemaire.

Pari gagné donc pour le président Gabriel Berthelot et ses amis qui n'ont pas ménagé leurs efforts depuis de long mois pour faire en sorte que cette épreuve soit désormais reconnue au niveau mondial. Cela méritait bien une Marseillaise.

Florian Barket en costaud à Locminé

Florian Barket en costaud à Locminé

Ouest France du 05 août 2013

Magazine / Presse écrite

Trophée Crédit Agricole. Le lauréat a été patient avant d'attaquer dans le dernier kilomètre et empocher une troisième victoire.


En attendant l'élite mondiale engagée dans le trophée centre Morbihan, les juniors de la région ont ouvert le bal ce dimanche.

Au programme, 70 kilomètres autour de Locminé pour les locaux de la région. Une épreuve qu'a remportée Florian Barket au terme d'une course très animée. Car dès les premiers tours de circuit, Florian Richeux et Malvyn Rochefort de la formation Côtes-d'Armor cyclisme se faisaient la belle. Une attaque rondement menée qui a surpris tout le monde.

« J'ai tenté de les suivre à ce moment-là, explique le vainqueur du jour. Mais après un mois sans compétition, j'ai tout de suite senti que ce n'était pas possible. » La patience de Florian Barket fera pourtant la différence à l'arrivée, bien aidé il faut le préciser par les coureurs de l'UC briochine qui se sont lancés à la poursuite des deux échappés. « C'est vrai que je n'ai pas trop compris pourquoi ils se sont mis à rouler derrière eux, reconnaissait le leader à l'arrivée. Sans doute à cause de la rivalité entre Briochins et Costarmoricains. »

Quoi qu'il en soit, la jonction se faisait dans le dernier tour. Et en vieux briscard, Barket contre-attaquait dans le dernier kilomètre pour s'offrir une troisième victoire dans ce trophée. « Pour moi, il n'y a pas de petite victoire, déclarait-il à l'arrivée. Cela me permet d'aborder sereinement les championnats du monde sur route le 24 août à Albi. »

Classement. 1. F. Barket (AC Le Nickel) ; 2. Y. Guyot (Veloce Vannetais) ; 3. M. Jegat (AC Pays de Baud) ; 4. M. Darmont (Velo Club Pornichet) ; 5. F. Richeux (Côtes-d'Armor Cyclisme).

Des Tchèques au Trophée Centre-Morbihan

Des Tchèques au Trophée Centre-Morbihan

Le Télégramme du 5 août 2013

Magazine / Presse écrite

Mireille et Jean Bruneau, les restaurateurs du Marais, ont repoussé de quelques jours leur départ en vacances pour être présents et accueillir quelques équipes de cyclistes juniors dans le cadre du Trophée Centre-Morbihan. « C'est sympa, et c'est aussi une façon d'être dans la course », soulignent Mireille et Jean, qui ont dû faire face à quelques règles alimentaires à respecter. « Pour un confort digestif optimal, il faut un dernier repas facile à assimiler, riche en glucides et pauvre en graisses », souligne Jean, patron cuisinier, qui doit aussi se plier à quelques horaires décalés. « Ici, tout est bien, bonne literie, patrons sympathiques, endroit calme, rien à dire », souligne Svatopluk Henke, le manager de l'équipe de République tchèque, arrivé depuis jeudi soir, et reparti hier, à l'issue de la dernière étape du Trophée Centre-Morbihan.                

Mathieu Van der Poel le futur grand

Mathieu Van der Poel le futur grand

Ouest France du 4 août 2013

Magazine / Presse écrite

Trophée Centre Morbihan, 1re étape Elven - Gourhel. Au terme d'une course agréable et spectaculaire,c'est le favori néerlandais qui s'est imposé au sprint.


À 14 h 31, le départ lancé de la première étape est donné. Deux heures et trente-cinq minutes plus tard, après 107 km d'un parcours plutôt vallonné, Mathieu Van Der Poel lève les bras au ciel. Il vient d'enlever la première étape du Trophée du Centre Morbihan d'un cheveu, ou plutôt d'une demi-roue, face au Biélorusse Aleksandr Riabushenko, en tête depuis le sixième kilomètre.

Ce sprint final a clos en beauté une étape agréable. Le temps estival n'empêchait pas le vent de souffler. Plusieurs échappées en ont profité pour sortir du peloton. Après 63 kilomètres de course en ligne, les juniors (17-18 ans) devaient parcourir six fois un circuit de 8,8 km. À l'avant de la course, Néerlandais et Français se sont particulièrement illustrés.

Franck Bonnamour (Lannion cyclisme), le récent champion d'Europe Espoir, a attaqué au côté de Van der Poel à trois tours de l'arrivée. Mais dès le début du dernier tour de circuit, il s'est fait lâcher pour finalement terminer à une honorable 4e place, juste devant son coéquipier auvergnat Rémi Cavagna. Les Bretons Elie Giesbert et Axel Journiaux ont respectivement terminé aux 14e et 23e places.

Mais sur la ligne d'arrivée, c'est bien le grand favori qui a fait honneur à son statut. Il a su gérer la pression et en junior, c'est assez rare pour être souligné. « C'est logique que les gens me considèrent comme le favori. Il y a la référence de mon père et de mon grand-père. Je suis habitué à la pression et ça ne me fait pas peur », assure avec sérénité le petit-fils de Raymond Poulidor et fils d'Adrie Van der Poel.

Van Der Poel n'est pas seul

Même s'il paraît au-dessus du lot, Mathieu Van der Poel devra se méfier aujourd'hui du Biélorusse Aleksandr Riabushenko. Ce dernier a attaqué très tôt et s'est finalement incliné d'un rien à la photo-finish. Ce puissant coureur longiligne ne manque d'ailleurs pas d'ambition : « C'était une course très difficile aujourd'hui. Je suis déçu de ne pas avoir gagné mais je serai là demain (aujourd'hui) pour gagner le classement général ». Il a fini dans le même temps que le vainqueur, avec une vitesse moyenne de 41,3 km/h. De quoi donner un aperçu du niveau de ces juniors. Avec un tel rythme, pas facile de suivre pour tout le monde. Vingt-quatre d'entre eux ont abandonné hier alors que trois ont fini hors délai. Ils ne seront donc que 91 aujourd'hui pour contester le leadership de Mathieu Van der Poel.

Le directeur sportif de l'équipe des Pays-Bas, Piet Kuijs, est bluffé par son meilleur élément : « Il est bon partout. Plus tard cela pourrait devenir un problème pour lui car il devra faire un choix entre la route et le cyclo-cross ». Pour l'instant, il préfère le cyclo-cross. « J'aime la boue et les sensations fortes que le cyclo procure. Mais j'ai de belles sensations aussi sur la route, qui est beaucoup plus médiatique. Mon père pense que je dois choisir la route... », confie le principal intéressé. Comme les autres, Piet Kuijs voit son poulain réussir à un niveau professionnel, même s'il se veut prudent. « Je pense vraiment qu'il sera pro, mais je ne lis pas l'avenir ».

Jérôme DECOSTER

Rémi Cavagna remporte le contre-la-montre du Trophée Centre Morbihan. Mathieu Van Der Poel conserve sa tunique de leader.

Rémi Cavagna remporte le contre-la-montre du Trophée Centre Morbihan. Mathieu Van Der Poel conserve sa tunique de leader.

Vélo 101 du 4 août 2013

Magazine / Presse écrite

Réputée difficile, la deuxième étape disputée contre la montre du Trophée Centre Morbihan s'annonce décisive pour le classement général. La première étape ayant fait de gros dégâts, ils sont vingt-trois coureurs à moins d'une minute du leader (le 25ème étant relégué à plus de quatre minutes). Pour la victoire d'étape, Mathieu Van Der Poel présente de sérieuses garanties. Il tempère toutefois : "cela fait plusieurs semaines que je n'ai pas disputé de contre-la-montre alors que certains ont fait celui des Championnats d'Europe." On attend aussi la prestation du Biélorusse Aleksandr Riabushenko qui aura fait toute la course en tête hier. Reste à savoir s'il aura récupéré de ses efforts. 3ème du classement général, le Français Rémi Cavagna a terminé 3ème des Championnats d'Europe de la spécialité. Il peut avoir une belle carte à jouer et pourquoi pas s'imposer comme le leader de l'équipe de France.

Ce sont les Polonais qui démarrent le mieux ce chrono. Longtemps en tête du classement provisoire avec Piotr Konwa, son compatriote Michal Paluta le remplace avec un temps de 9'40". Il faut attendre les vingt derniers coureurs pour avoir du changement. Le Néerlandais Sam Oomen devance de quelques centièmes le Polonais. Les favoris défilent et limitent les écarts. La meilleure opération est pour Elie Gesbert. Avec un temps de 9'46", il remonte de la 14ème à la 4ème place au classement général. Déception en revanche pour Franck Bonnamour, qui termine à la 64ème place en 10'39".

Les trois derniers s'élancent et Rémi Cavagna, médaillé de bronze des derniers Championnats d'Europe de la discipline, signe la meilleure performance en 9'28". Ni Aleksandr Riabushenko, 11ème de l'étape, ni Mathieu Van Der Poel, 5ème à 17 secondes, n'arriveront à devancer le Français. "Ce contre-la-montre était mon objectif, je me sentais capable de le gagner", explique ce spécialiste de l'effort solitaire. Au classement général, les trois premières places restent inchangées. Quatre coureurs seulement ont moins d'une minute de retard sur Mathieu Van Der Poel. – Pierre Arz

Cet après-midi, la troisième et dernière étape conduira les coureurs de Buléon jusqu'à Locminé sur une distance de 98,6 kilomètres.

Classement 2ème étape :

1. Rémi Cavagna (FRA, France) les 7,2 km en 9'28" (45,6 km/h)
2. Sam Oomen (PBS, Pays-Bas) à 12 sec.
3. Michal Paluta (POL, Pologne) m.t.
4. Oliver Mattheis (ALL, Allemagne) à 14 sec.
5. Mathieu Van Der Poel (PBS, Pays-Bas) à 15 sec.
6. Piotr Konwa (POL, Pologne) à 17 sec.
7. Elie Gesbert (FRA, France) à 18 sec.
8. Stef Krul (PBS, Pays-Bas) à 19 sec.
9. Adrian Auerbacher (ALL, Allemagne) à 23 sec.
10. Senne Leysen (BEL, Belgique) à 30 sec.

Classement général :

1. Mathieu Van Der Poel (PBS, Pays-Bas) en 2h45'10"
2. Aleksandr Riabushenko (BLR, Biélorussie) à 15 sec.
3. Rémi Cavagna (FRA, France) à 22 sec.
4. Elie Gesbert (FRA, France) à 51 sec.
5. Sam Oomen (PBS, Pays-Bas) m.t.
6. Artem Nych (RUS, Russie) à 1'07"
7. Jack Burke (CAN, Canada) à 1'11"
8. Adam Jamieson (CAN, Canada) à 1'14"
9. Diego Binatena (USA, Etats-Unis) m.t.
10. William Elliott (CAN, Canada) à 1'15"

Bonnamour : « Van der Poel était très fort »

Bonnamour : « Van der Poel était très fort »

Ouest France du 4 août 2013

Magazine / Presse écrite

Franck Bonnamour, récent champion d'Europe junior, n'a pas démérité lors de cette première étape entre Elven et Gourhel. Quatrième à l'arrivée, le jeune breton nous raconte sa course.

Satisfait de la performance de l'équipe ?

Oui, on est globalement satisfait de ce que l'on a fait aujourd'hui. Je suis parti avec Van Der Poel et les gars ont bien couru derrière avec le groupe de contre-attaque. Après, Rémi m'a rejoint en fin de course et sa troisième place est méritée.

Un mot sur le tracé de la course ?

C'était agréable, même si le tracé était dur, surtout lors des premiers kilomètres de course. Je dois dire que j'ai aussi eu du mal sur la fin.

Qu'as-tu pensé de Van der Poel, le vainqueur de l'étape ?

Dès le moment où je suis sorti avec lui pour attaquer, j'ai tout de suite senti qu'il était très fort. J'ai eu du mal à passer devant lui, j'ai senti qu'il pouvait vite me sortir. Et c'est ce qu'il s'est finalement passé. À un tour de l'arrivé il est parti seul et je n'avais pas les jambes pour le suivre. Bravo à lui.

Vous lui avez parlé lorsque vous vous êtes échappés ?

Non, on n'a pas échangé. On savait tous les deux que le Biélorusse était seul devant. Je ne le connaissais Riabushenko. Je pense qu'il va être également à surveiller de près pour la suite de la course. Il est très fort, il est sorti à quatre tours de l'arrivée et il a été très difficile à suivre.

Et au niveau de vos sensations ?

Ça allait, même si je ne peux pas dire que j'ai eu d'énormes sensations aujourd'hui. Au départ de la course, j'avais vraiment envie d'être devant durant cette étape. Finalement, on s'est retrouvé à trois Français devant, donc c'est très positif pour l'équipe. Et on termine avec un des nôtres sur le podium, donc c'est parfait.

Vous avez discuté avec Rémi Cavagna lorsqu'il est arrivé à votre hauteur ?

Oui, lorsqu'il m'a rejoint, je lui ai tout de suite dit d'y aller et de ne pas m'attendre, je commençais à avoir quelques crampes. Je ne pouvais donc pas suivre. Même si, au final, je suis parvenu à m'accrocher, mais je lui ai laissé prendre la troisième place vu qu'il avait bien roulé.

Un mot sur les conditions météo ?

Il a fait assez chaud. Je n'aime pas vraiment la chaleur, mais là je dois dire que c'était relativement supportable. On a eu un peu de vent dans la dernière ligne droite avant l'arrivé, mais cela ne nous a pas gênés plus que ça.

Comment abordez-vous le contre-la-montre de demain (aujourd'hui) ?

Pour être franc, je ne sais pas trop, c'est un tracé assez court. Je ne sais pas si je vais être bien. Après, Rémi a terminé troisième et on sait que c'est un bon rouleur donc avec Élie (Gesbert), qui est bon également en contre-la-montre, on a des chances de faire quelque chose d'intéressant.

Quelle est la tactique de l'équipe de France pour le troisième et dernière étape ?

Et bien tout va dépendre de nos résultats au chrono. Quoiqu'il arrive, on essaiera de courir pour le premier de l'équipe afin de l'emmener le mieux possible jusqu'à l'arrivée.

 

Recueilli par Aymeric LE GALL.


 5 ...